Le CFIA au cœur de l’agro – Témoignages de Pierre Collet et Franck Meuriot (Biscuiterie Caramèlerie Brieuc)

Actualité

29 sept. 2020 à 10:14

Avant l’édition à Rennes en septembre prochain (29-30 sept.-1er octobre), le CFIA a décidé d’être au plus près des IAA en réalisant une série d’interviews des acteurs du secteur, qui ont pour la majorité continué à œuvrer durant le confinement. On commence donc avec Pierre Collet et Franck Meuriot, respectivement directeur industriel et directeur général de la Biscuiterie Caramelerie Brieuc.


Messieurs, parlez-nous de votre société…

Brieuc existe depuis 2000. A l’origine, la Biscuiterie fabriquait uniquement des produits bio et gourmands sous la marque Graine d’enVie. C’est en 2006 que la gamme s’est élargie, en proposant des produits plus traditionnels, bien que toujours gourmands. On a un bâtiment où sont fabriqués caramel, biscuits et de la confiture, mais aussi 7 boutiques, dont 3 ouvertes à l’année.


Constatez-vous un essor du bio, comme l’avancent de nombreuses études, auprès des consommateurs ?

C’est pleinement d’actualité, et il y a une croissance qui est encore très forte. Les Français consomment de plus en plus de produits bio. Chez Brieuc, on continue de développer  la gamme bio sous notre marque Graine d’enVIE, qui représente un tiers de notre activité.

On s’aperçoit également que le vrac, qui a connu un ralentissement évident durant le confinement, se développe fortement et correspond également à une véritable aspiration de la part des consommateurs.


Revenons quelques semaines en arrière. Comment avez-vous vécu l’arrivée de cette crise sanitaire sans précédent ?  

Ça nous est tombé dessus sans que l’on y soit vraiment préparés. Il y a eu un impact assez direct sur nos ventes, il y a eu notamment une forte baisse en grande distribution. On s’est aperçus que les Français se sont d’abord dirigés vers des produits de première nécessité.

Cela a également entraîné la fermeture temporaire de nos boutiques. Nous avons dû mettre notre personnel en chômage partiel. Notre activité s’est réduite de moitié, voire même un petit peu plus, alors que notre usine n’a fonctionné qu’à 60%…

C’est (toujours) l’heure de goûter non ?

Cela a-t-il pu perturber vos investissements ?

Nos investissements étaient déjà programmés et commandés. On a plutôt profité de cette période pour procéder aux installations : peseuse, doseuse, four… Nous avions également fait l’acquisition d’une nouvelle boutique, à Nantes, avant la crise du Covid-19. Elle devrait ouvrir durant l’été !

Justement, quand estimez-vous que l’activité pourra reprendre normalement ?

L’activité devrait progressivement reprendre à partir de la mi-juin, notamment au moment où les hôtels et les bars pourront rouvrir. Le tourisme local devrait pouvoir reprendre petit à petit, en fonction de la levée progressive des mesures de déconfinement.

Nous avons également l’habitude de faire visiter notre usine et de pratiquer le tourisme de savoir-faire, qui connaît généralement un franc succès. Nous réouvrirons nos portes aux visiteurs début juillet.

Y a-t-il des choses que vous avez mis en place durant cette période particulière qui pourraient perdurer ?

Nous avons dû adapter notre effectif par rapport à la baisse d’activité et avoir recours au chômage partiel. Nous avons adapté notre façon de faire, de produire. Bien évidemment, nous avons informé l’ensemble de nos collaborateurs sur les gestes barrières et mis à disposition les moyens de protection nécessaires : gel désinfectant, visières et masques, produits désinfectants…

Dans nos boutiques, nos vendeurs sont équipés pour respecter les normes sanitaires (masque, gel désinfectant.) Du gel désinfectant est mis à disposition de nos clients, nous limitons le nombre de clients/ boutique et nos vendeurs servent désormais les clients, eux qui pouvaient auparavant se servir et réaliser leurs compositions eux mêmes.


Pour terminer, un petit mot sur le CFIA ? Avez-vous l’habitude de le visiter ?

Nous venons très régulièrement sur le CFIA, chaque année depuis sa création ou bien une année sur deux. Nos retours sont très positifs, c’est un bon condensé du secteur agroalimentaire. On y voit beaucoup de choses sans que ce soit immense et que l’on s’y perde.

Il y a une vraie proximité, nous pouvons y rencontrer nos fournisseurs, découvrir des innovations, les dernières tendances et alimenter notre R&D. Le CFIA allie business et convivialité, au sein d’un salon à taille humaine. On y fait de belles rencontres…

L’échange humain est important, et le télétravail ne peut pas le remplacer. Le digital a sa raison d’être et les deux peuvent être complémentaires, mais quand, par exemple, on veut une machine, on a envie de la voir…

Pour + d’informations et découvrir leurs produits : https://www.brieuc.bzh/

Tags associés
Agroalimentaire bio biscuiterie biscuiterie brieuc bretagne

Actualités similaires


En lien avec l'article


Un catalogue riche en contenu

Faire une recherche